Dénonciation à la désinformation et mise au point sur l’implication de Bandai America sur Uchu Sentai Kyuranger

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler Bandai mais du côté américain.

Avant toute chose, certaines de ces informations ont déjà été « publiées » par d’autres sites mais elles sont bourrées d’incompréhensions et le plus inacceptable c’est que vous, nos chers Tokuvores, vous y croyez et vous posez beaucoup de questions dessus.

Il y a quelques jours, les chroniqueurs du site No Pink Spandex ont interviewé M. Gregory Mitchell, l’ex-directeur marketing principal de la branche américaine de Bandai. Ayant écouté l’interview en entier, voici ce qu’il se dit réellement.

Retrouvez l’article de No Pink Spandex >ici< .

 

 

Au sujet de l’investissement des américains dans les Super Sentai (et à fortiori quand il faut adapter une série en Power Rangers), d’habitude il est extrêmement minime voire même inexistant. Toei vient avec son Sentai achevé de A à Z et le propose à Saban (ou Disney). Selon leur ressenti, ils décident de l’adapter ou pas. Le facteur commercial entre aussi beaucoup en compte, notamment pour la vente de jouets auprès du public américain.

Ils ont justement soulevé le cas Go-Busters et Toqger. Pour Go-Busters, il y a eu débat. Certains aimaient, d’autres non, et c’est le non qui a finalement été majoritaire. Pour Toqger, il n’y a pas eu débat. Personne n’a aimé, que ce soit les costumes ou les robots et personne ne voyait un intérêt commercial dans des trains.

Pour en revenir à Kyuranger, Toei a décidé d’évoluer et de s’adapter à l’air du temps. Galvanisé par Marvel qui propose des héros à l’esthétique parfaite, Toei veut aussi évoluer dans ses designs. Ils ont donc proposé à M. Mitchell et son équipe de venir aux réunions de pré-production de Kyuranger. Toei leur a donné les grandes lignes de la série (espace, constellation, plus de héros que d’habitude, etc…) et tous ensemble, ils ont réfléchi à l’esthétique des costumes et des robots, ainsi que les possibles stratégies de vente pour le public japonais.

Contrairement à ce qui a été écrit (et répondant à l’interrogation de M. Mitchell qui se demandait si c’était la première fois que les japonais demandaient leur avis aux américains), ce n’est pas la première fois que les américains sont impliqués dans une série japonaise. Mme Sally Campbell a participé à la production de Magiranger (notamment au générique de début tourné en Nouvelle-Zélande et quelques scènes de combat) et de Gekiranger (quelques rares scènes de combat aussi).

 

Plusieurs questions ont été soulevées autour des jouets. M. Mitchell a ainsi révélé pourquoi les Power Rangers récents ont des armures.

Les Kamen Rider sont considérés comme étant les grands frères des Super Sentai. Kamen Rider est plutôt dirigé vers les jeunes adolescents, alors que le Sentai est pour les enfants. Les jeunes américains fans de Power Rangers grandissent et préfèrent voir des héros plus classes et plus forts avec le temps. Les américains voulaient que leurs héros évoluent aussi et soient plus cools comme les Kamen Rider. Mais n’ayant pas cette franchise en Amérique, ils ont eu l’idée d’incorporer cette idée d’armures classes à Power Rangers.

Red Ninja Steel Ranger – Ninja Master Mode

 

Ensuite, un point quelque peu gênant, la qualité plus que discutable (à nos yeux d’adultes) des jouets américains.

La réponse est très simple : il ne faut pas oublier à qui ils s’adressent. Ils sont fait pour des enfants qui vont jouer avec, les mordre, les disloquer, etc… Il y a des économies faites de partout. Les enfants préférant la fonctionnalité du jouet plutôt que son apparence, les économies faites sur les peintures permettent d’investir sur un mécanisme qui fera se lever le bras d’une figurine automatiquement ou permettre d’échanger un bras avec un autre, par exemple.

Version américaine à gauche – Version japonaise à droite

 

Autre exemple, le Gaburivolver (le pistolet de transformation des Kyoryuger) a été tourné en ridicule parce qu’ils ne comprenaient pas comment un jouet aussi gros pouvait tenir dans des mains d’enfants. C’est pourquoi son pendant américain, le Dino Charge Morpher, est aussi petit. Les jouets ne sont pas fait pour les adultes.

Dino Charge Morpher (à gauche) – Gaburivolver (à droite)

 

En parlant d’adultes, ils ont aussi abordé le thème de la gamme Legacy.

Ils se sont posé la question pendant longtemps. Est-ce qu’ils devaient la faire ? Avec quelle qualité ? Pour quel prix ? Pour qui ? Il y a aussi eu des sacrifices pour que ces « jouets pour adultes » soient abordables avec un rapport qualité/prix correct. Pour être certain de vendre dès le départ, les jouets Mighty Morphin ont été privilégiés.

Legacy Power Morpher

One thought on “Dénonciation à la désinformation et mise au point sur l’implication de Bandai America sur Uchu Sentai Kyuranger

  1. Il ne faut juste pas oublier que les Power Rangers sont une histoire d’entente entre deux multinationales.

    Et la seule chose qui intéresse les multinationales, c’est l’argent.

    Bandai(/Toei) fait de l’argent avec ses jouets, Saban en fait encore plus en rognant sur les coûts de fabrication (et donc la qualité des produits).

    Pour les Legacy, il était évident que les premiers à sortir serait ceux de Zyuranger, tout comme il me semble évident que les suivants seront bien sur aussi des robots également déclinés en PR (cela doit être d’ailleurs probablement établi par contrat entre les deux firmes)…

    En résumé, l’objectif de Bandai(/Toei) et de faire de l’argent en conservant toutefois un haut niveau de qualité de fabrication (à défaut d’un haut niveau d’esthétique), l’objectif de Saban est de faire un maximum d’argent avec un minimum de dépenses quelque soit la qualité des produits (de toute façon cela importe peu c’est pour les gosses comme il est dit en substance dans l’article).

    La mentalité de production des séries Power Rangers a toujours été celle-ci, générer un maximum de bénéfices pour un investissement minimal, en supprimant au passage toute trace asiatique de la production, parce que faut pas déconner, vendre les séries dans le monde entier avec « des faces de citrons » (dixit Les Inconnus), ça fait désordre pour défendre la race humaine alors que l’on sait bien tous que les vrais sauveurs ne peuvent être représentés que par l’incarnation multiculturelle des valeurs américaines…

    Beurk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *