GARO « Hagane no Hôkô » – CINQUIÈME TEMPS : Chapitre de la Thériomorphose

Il croyait que ce n’était qu’un mythe.
Que ce n’était qu’une vulgaire légende.
La chose qui se tenait devant lui n’était plus son ami. Ni même un chevalier.
Encore moins une personne.
Son ami était devenu une bête.

Quelqu’un se tordait de douleur devant ses yeux, se transformant en cette bête qui n’avait plus rien d’humain.
Pas que d’apparence, mais aussi de coeur.
Sa voix ne l’atteindra plus, désormais.
Dans ce cas, il n’hésitera pas.
Il devra couper cette bête démoniaque en deux.
Mais le coeur des gens ne peut pas être effacé comme ça.
Est-ce que j’ai le droit de considérer mon ami qui s’est battu à mes côtés comme une bête ?
Non, c’est impossible.
La bête vit que son coeur hésitait.
Mon coeur ne changera pas.
Mais mon ami a changé.
De sa propre volonté.
Cette douleur n’est pas la tristesse d’avoir vu une personne cesser d’être une personne.
C’est quelque chose qu’il a lui-même voulu et obtenu.
Adieu, mon ami.
Maudis-moi pour ne pas avoir pu te sauver.
Et je t’en prie, regrette de t’être séparé de nous.
J’espère que nous nous sourirons encore quand nous nous reverrons de l’autre côté.
En le souhaitant de tout son coeur, il abattit son épée…

En remarquant l’expression du garçon, le vieil homme se retint de continuer son histoire.
Il comprit que son coeur souffrait de tristesse.
« Les Makai Kishi peuvent faire des choses horribles, parfois… »
C’est l’autre côté de la chevalerie qui les oblige à avoir un coeur noble et fort.
Ses sentiments envers la personne qu’il aimait commençaient à vaciller.
« Est-ce que je deviendrai pareil ? »
Le vieil homme ne pouvait pas répondre à sa question.
« Non, je suis redevenu un homme grâce à un ami. »
Celui qui dit ça entra dans la pièce.
« Bienvenue, maître ».
Le vieil homme prit ensuite le long manteau blanc de son maître.
« Papa, c’est vrai ? »
« C’est vrai. Le plus important est de ne jamais se perdre soi-même. »
Le garçon esquissa un petit sourire. L’homme lui tapota la tête et continua l’histoire.
« Et ce qui est aussi important est de se faire des amis en qui tu as confiance du plus profond de ton coeur. »
« Qui est l’ami qui t’a sauvé, papa ? »
« Quelqu’un que tu connais très bien. »

« Atchoum ! »
Un Makai Kishi habillé d’un long manteau noir éternua et murmura…
« Putain, je suis sûr qu’il parle de moi… »

———————

Chapitre suivant

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *